Building Europe

Home
Working conditions
Outside Brussels
Agencies
Europ. Institutions
About U4U
Members

 

Open Letter sent by EU Staff for Europe

Version française

Letter to the College and to the Presidents of the European Institutions
Global and long term effectiveness of the institutions

As staff members of the Institutions, involved on a daily basis in the achievement of the European project, we feel it incumbent upon ourselves to express our desire to see the European Union playing to the full the part assigned to it by the Treaty at this time of structural crisis, and to improve the wellbeing of the people by defining and implementing a set of policies which would be all the more effective if organised at the European level.

If we might go beyond this simple statement, we would also like to make a number of concrete proposals which could boost the overall and long-term effectiveness of the Institutions to a considerable extent and hence support the achievement of political goals as well as the essential economic efficiency of the Institutions.

ACTIVE DEFENCE OF AN AMBITIOUS AND MORE INDEPENDENT BUDGET, UP TO THE CHALLENGES.

The “compromise” budget for the 2014–2020 Financial Perspectives, adopted by the Heads of State and Government, not only fails to meet the immediate challenges, but is also founded on accounting rationality rather than a shared dynamic economic outlook. In addition to this, with its plan, the first time in 56 years, to cut the European budget, it ignores the role played by European expenditure as a catalyst and multiplier, both in terms of national public expenditure and private sector investment.

By failing to grasp the opportunity to use the European budget as a tool for concerted economic growth, growth which will be convergent and mutually-supporting, the Member States are reducing the likelihood of citizens finding or changing their jobs and steadily causing the European concept to become increasingly unpopular, while at the same time weakening the EU at international level. On top of all this, Member States are depriving themselves:

·         of the chance to achieve a true division of duties between the stabilisation of the budget at State level and its resuscitation at Union level, particularly as regards the EMU, in line with Tommaso Padoa-Schioppa’s slogan, “Austerity for the States, growth for Europe”;

·         of the possibility of using the added value arising from the action of the EU in a number of areas in keeping with the principle of subsidiarity, above all when you realise that nearly 94% of European budget revenue is directly invested and redistributed in the Member States;

·         of recourse to shared leverage to focus energy on new sectors and to revive structural areas of solidarity. This is as tragic as the economic risk arising from greater ambition is trivial, since the European budget represents only 1% of the GDP of the Twenty-Seven Member States, while in the United States the Federal Budget represents 24% of the GDP.

February’s intergovernmental “compromise” is unconcerned with either the quest for, or interest in, the expression of common European interest. All it means is a cramped and short-sighted perception of national interests, with the support of each Member State dependent on a raft of tit-for-tat advantages: there are 53 exceptions and exemptions as against 42 in the preceding multi-year budget.

A further source of concern arises from the fact that the control to which the Member States must submit leads inevitably to a budgetary impasse. Payments cannot cover the credits which have been voted as a commitment. The draft financial framework provides for a very significant difference between payments and commitments (52 billion). This means that it is condemning the Institutions to a situation in which they cannot meet the totality of their obligations arising from contracts signed on the basis of commitments. The Commission will be unable to execute the budget as voted. This could lead to legal repercussions on the part of the beneficiaries of Community aid who legitimately expect to be paid within the deadlines laid down in the financial regulations. This will incur lateness interest payments, and hence yet one more expense which cannot be met. And what can we say about future releases? Why place the Commission from the outset in a situation in which it cannot meet its obligations?

Faced with this situation, the Commission must ensure, here even more than in other areas, the legitimacy of its actions plus a high level of credibility and effectiveness.

On the question of the adoption of a Multi-year Financial Framework (MFF), it is essential for the Commission, bearing responsibility for proposing and then executing the budgets approved by the Budgetary Authority, to avoid prejudicing future decisions. The Parliament has not get given its assent and the recent huge rejection it has expressed for the Council’s common position stands right now as a call for the figures proposed to be reconsidered.

It would harm the democratic legitimacy of the EU and its image if certain parties came to believe that the Commission does not accord sufficient importance to the position of the body which most directly represents the people of Europe. The terms of office of the Commissioners and the Parliamentarians are soon to terminate. Is it appropriate for our current decision-makers to be restricting their successors’ room for manoeuvre, and to be locking it in for the whole of their terms of office? This is even less desirable since the new office holders’ will have a stronger link with the citizens’ electoral choices in the wake of the Lisbon Treaty.

Furthermore, in the current socio-economic climate, responsiveness to a constantly deteriorating situation is an increasingly crucial factor. Initially, annual budgets may thus prove to be more suitable than a seven-year budget framework. Regardless of any revision clauses which may be included, this kind of framework will continue to act as a restriction rather than a form of protection or useful planning tool.

In any case, the joint position adopted by the Council cannot tackle the challenges facing the Union. It is unable to reverse the trend towards deteriorating living and working standards afflicting the European people, nor can it provide the Union with means whereby it can stand by its priorities in terms of growth and employment.

It is essential that we do not allow ourselves to be overwhelmed by the rising tide of selfishness and the political groping which lies behind it. It is now a matter of urgency that an ambitious strategy be put forward in which both Commission and Parliament express their duty to amplify the voices which are increasingly being heard at the very highest levels, calling for “more Europe”. No solutions to the crisis are to be found at national levels, and that is a fact that nobody can deny. Since the problems extend far beyond the borders of the Member States, the response to them must also be on that scale: only cooperation at European level can provide any hope of lasting improvement. Any exit from the crisis will call for consequent investments sufficient to sustain growth, implement the redeployment of the genuine powers of the Union and confront international competition. We must encourage the emergence of an alternative model able to meet the aspirations of the people of Europe.

This must be a more stand-alone budget, a budget which is untrammelled by specific interest groups, one which supports this kind of positive strategy and refuses to defend merely its own national turf, a budget equal to the overarching challenges confronting all Member States. This is what we are calling for in our capacities as European citizens and servants of the common interest within the Institutions.

On the resources front, there exists a wealth of possibilities to design new mechanisms for bringing our own resources into play, some of which, such as the financial transaction tax, to name but the best known, have now been before the Council for quite some time. The use of resources on an independent and automatic basis will make for a substantial saving in political energy and time, as well as administrative procedures, which could better be used in more productive tasks.

On a more general level, this situation increasingly risks destroying the credibility of the Institutions on the economic and political levels. It damages the image of the European Institutions which is already very poor, and at the same time boosts support for the Eurosceptics.

BRAVING AN INNOVATIVE DEBATE ON REVENUE AND TAXATION

Apart from the savings which must be made to guarantee a high level of efficiency, it is becoming essential to debate the possibilities of boosting revenue by promoting a fiscal policy at Union level which guarantees genuine fairness before the law for the economic players. At the present time, the various taxation systems in existence allow those who are potentially the highest tax payers to completely legally hide a substantial proportion of their wealth, mainly via tax havens.

Only a modern taxation system, one which respects the basic principle of legal equality and is applied evenly, on the same geographical scale as the economic activity in question, can free up the resources needed to save us from the crisis and maintain the wellbeing of the citizens.

The Union must call for an innovative and courageous debate on the subject, and not restrict itself to merely reducing costs which, apart from the social destruction this approach causes, which will be very hard to put right, will in the long term reduce its power to perform as a major player on the international scene.

SEEING PAST THE LOGIC OF SIMPLE BUDGET REDUCTION, WITH ITS DISASTROUS DANGERS, AND PROMOTING OVERALL, LONG-TERM EFFECTIVENESS WITHIN THE INSTITUTIONS, BENEFITING THE EUROPEAN PROJECT AND SERVING THE CITIZENS.

By way of an instant response to the Union’s financial woes, in response to certain national pressures, the Commission has proposed a raft of budget cuts. As stated above, this kind of budget will prevent the achievement of the Union’s overarching priorities laid down in "Europe 2020", and will also cripple its powers of action.

The main reason for this counterproductive effect lies in the fact that the proposed savings will also affect the staff of the EU Institutions, in other words, the European Public Service. A decision of this nature has, on the one hand, only a marginal effect on the budget (since staff costs represent only around 3% of the budget, that is, 3% of 1% of GDP), while on the other hand it significantly reduces the resources which ensure the satisfactory operation of the Union by guaranteeing that it achieves the expected added value.

In order to achieve more substantial gains in effectiveness and efficiency, of a completely different order of magnitude and without weakening our power to act, several approaches can be identified. They may not only make for testably higher savings but what is more important, may improve the management of Community funds and hence allow the money deriving from European taxpayers to be managed more productively over time.

In other words, in the day-to-day workings of the Institutions, what are needed are measures aimed at overall effectiveness in the long term, which will also provide significant savings in the short term. In summary form, these measures mainly consist of:

·         streamlining the monitoring procedures which are at present very complex, often redundant and disabling, which represent a high and growing percentage of resources. It is now a matter of urgency that we combat the increasing paralysis of the services and free up resources which can be used effectively to support the goals of different policies;

·         recasting the management of calls for tender by taking advantage of all the possibilities provided by the financial regulation, in order to avoid the pitfalls of procedures designed only to cut costs to the detriment of service quality in the long and short term. Losses in effectiveness in this area will be seen to be extremely serious. At the same time, it would be beneficial to retain technical skill pools within the services which are capable of assessing the technical/financial relevance of tenders and to efficiently supervise the way they are executed, together with the transfer to subsequent service providers. This should be seen as part of the response to a more general need, the need to maintain a competent and independent European Public Service. Only if policy is administered in this way can we be sure that the Institutions will function satisfactorily and that the interests of Europe will be defended outside of short-term national interests;

·         investigating the possibilities of closer integration of some activity sectors (multimedia and ICT development, training and human resources management, financial backup, and so on) so as to avoid job duplication and the implementation of diverse solutions which are on occasion conflicting. This could also be achieved in some cases on an inter-Institutional basis, with a view to boosting the economies of scale, provided this does not damage effectiveness. The EEAS is a case in point in this respect. Reinstating this service as part of the Commission would make for greater effectiveness and economy;

·         promoting dynamic and innovative staff skill management by avoiding automatic staff rotation as a matter of principle to avoid the loss of expertise. A policy of preserving and accumulating cutting-edge know-how would be a powerful tool for the effective implementation of Union policy. It could also help lessen the dependence of the Institution on various external players (which are by nature not free of conflicts of interest) while again making for significant budget savings;

·         streamlining recourse to the tools provided by the financial regulation, in particular with a view to reducing the “error rate” in the execution of the budget, which is mainly to be spotlighted in situations where management is shared with the Member States.  

The financial gains to be achieved by these kinds of approach, together with other measures adopted with the same ideas in mind, will figure in the hundreds of millions and probably even in billions. And apart from the savings posted, these measures will have the main advantage of providing the Institution with greater power to implement the Treaty and its policies, to take full advantage of its right to take the initiative and, in a more general way, to contribute more effectively to the fundamental goals of the Union.

We therefore call for the implementation of measures which will allow:

·         the active promotion of an ambitious, more independent budget, one equal to the overarching challenges which confront the Member States, and for which no solution can be found other than at the European level;  

·         actions which are not restricted to merely reducing expenses and which underpin an analysis of the ways in which revenue can be boosted by setting up an innovative European fiscal policy which respects equality before the law;

·         the avoidance of any risk that the Commission will find itself incapable of meeting certain obligations arising from the Treaties, from legislative and budgetary procedures and from inter-Institutional procedures laid down in the Interinstitutional agreements;

·         the Commission in particular to retain control over the ways in which the budget is executed, particularly as regards Heading 5, so as to avoid compromising the ability to achieve the priorities laid down in Europe 2020;

·         to plan the establishment of a discussion and work forum whereby, with the aid of the staff of the Institutions, actual action plans can be framed which will lead to a better use of public funds, with the aim of identifying sustainable solutions which are appropriate to our current social and economic challenges.

EU Staff for Europe

Lettre ouverte au Collège et aux présidents des institutions européennes
Efficacité globale et à long terme des institutions

En tant que membres du personnel des institutions, impliqués chaque jour dans la réalisation du projet européen, nous voudrions vous faire part de notre souhait de voir l'Union européenne jouer pleinement, en ce temps de crise structurelle, le rôle que lui assigne le Traité: accroître le bien-être des citoyens en définissant et mettant en œuvre un ensemble de politiques qui seraient plus efficaces si elles étaient conduites au niveau européen

Pour dépasser le simple constat, nous désirons également vous faire un certain nombre de propositions concrètes qui peuvent de façon très significative améliorer l'efficacité globale et à long terme des Institutions et ainsi contribuer à mieux atteindre tant l'objectif politique que celui de la nécessaire efficience économique des institutions.

DÉFENDRE ACTIVEMENT UN BUDGET AMBITIEUX ET PLUS AUTONOME, À LA HAUTEUR DES DÉFIS.

Le « compromis » budgétaire pour les Perspectives Financières 2014-2020, adopté par les Chefs d’État et de gouvernement, non seulement n’est pas adapté aux enjeux immédiats et à venir, mais relève essentiellement d’une logique comptable et non d’une vision économique dynamique partagée. En outre, en prévoyant pour la première fois depuis 56 ans une diminution relative du budget européen, il méconnaît le rôle de catalyseur et de multiplicateur que jouent les dépenses européennes, tant à l’égard des dépenses publiques nationales que vis-à-vis des investissements du secteur privé.

En ne saisissant pas l'opportunité de faire du budget européen un instrument de croissance économique concertée, convergente et solidaire, les États membres réduisent la possibilité pour les citoyens européens de trouver ou retrouver un emploi et rendent progressivement impopulaire l’idée européenne au sein des peuples, tout en affaiblissant l’UE au niveau international. De surcroît, les États Membres se privent eux-mêmes :

bullet

de la possibilité d’assurer un vrai partage des tâches entre un assainissement budgétaire au niveau des États, et une relance au niveau de l’Union , en particulier de l’UEM, selon la formule de Tommaso Padoa-Schioppa, « aux États la rigueur, à l’Europe la croissance » ;

bullet

d’utiliser au mieux la valeur ajoutée résultant de l’intervention de l’UE dans nombre de domaines conformément au principe de subsidiarité, surtout lorsque l’on observe que près de 94% des recettes du budget européen sont directement investies et redistribuées dans les États membres ;

bullet

du recours à un levier commun pour mobiliser les énergies dans de nouveaux secteurs et revivifier des solidarités structurelles. Ceci est d'autant plus regrettable que le risque économique d'une plus grande ambition est mineur puisque le budget européen ne représente que 1% du PIB des Vingt-Sept États membres alors qu’aux États-unis, le budget fédéral représente 24% du PIB.

Le « compromis » intergouvernemental de février ne s’inscrit ni dans la recherche ni dans l’expression d’un intérêt commun européen. Il ne constitue que l’addition d’intérêts nationaux étriqués et de courte vue, où l’appui de chaque État membre a été conditionné à l'obtention de divers avantages: on compte ainsi 53 exceptions et dérogations contre 42 dans le cadre budgétaire pluriannuel précédent.

Une autre source d'inquiétude réside dans le fait que l'encadrement dont ont convenu les États-Membres conduit irrémédiablement à une impasse budgétaire. Les crédits votés en engagement ne peuvent en effet être couverts par les paiements. Le projet de cadre financier prévoit une différence très significative entre crédits de paiement et crédits d'engagement (52 milliards). Il condamne ainsi les institutions à ne pouvoir à terme remplir l’ensemble des obligations découlant des contrats signés sur base des crédits d’engagement. La Commission ne pourra exécuter le budget voté. Ceci pourrait conduire à des recours judiciaires de la part des bénéficiaires de l'aide communautaire qui souhaiteront légitimement être payés dans les délais prévus par le règlement financier. Ceci générera des intérêts de retard et donc un coût additionnel qui à son tour ne pourra être honoré … Que penser également des décharges à venir? Pourquoi mettre la Commission d'emblée dans une situation de carence à exécuter ses obligations?

Face à cette situation, la Commission, doit garantir ici plus encore que dans d'autres domaines, la légitimité de son action ainsi qu’un haut degré de crédibilité et d’efficacité.

Pour ce qui est de d'adoption d'un cadre financier pluri annuel (MFF), il est essentiel que la Commission, chargée de proposer puis d'exécuter les budgets décidés par l'Autorité budgétaire, ne préjuge nullement des décisions à venir. L'accord du Parlement n'est pas acquis et le récent très large rejet par ce dernier de la position commune du Conseil invite à être d'ores et déjà prêt à reconsidérer les chiffres proposés.

Il serait dommageable pour la légitimité démocratique de l’UE et son image que d’aucuns puissent considérer que la Commission n’accorde pas un poids suffisant à la position de l’organe qui représente le plus directement les citoyens. Les mandats politiques des Commissaires et des parlementaires arrivent bientôt à leur terme. Est-il souhaitable que les décideurs actuels limitent la marge de manœuvre et la capacité de décision de leurs successeurs et ce pour toute la durée de leur mandat ? Ceci semble d’autant moins opportun que suite au Traité de Lisbonne, les nouveaux mandataires auront un lien renforcé avec les choix électoraux des citoyens.

En outre, dans le climat socio-économique actuel, la réactivité à une conjoncture qui se détériore de plus en plus est un élément essentiel. Des budgets annuels peuvent ainsi se révéler, dans un premier temps, plus adaptés qu’un cadre budgétaire de sept ans. Malgré les possibles clauses de révision, un tel cadre restera une source de contrainte plutôt qu’une forme de protection ou de planification utile.

En tout état de cause, la position commune du Conseil ne permet pas de relever les défis auxquels l'Union se doit de répondre. Elle ne peut inverser la tendance à la détérioration des conditions de vie et de travail des citoyens européen et doter l'Union de moyens lui permettant de s'attaquer à ses priorités en matière de croissance et d'emploi.

Il est impératif de ne pas céder à la montée des égoïsmes de tous ordres et aux dérives politiques qui les accompagnent. Il est urgent de proposer une stratégie ambitieuse dans laquelle la Commission et le Parlement devraient amplifier les voix qui progressivement s’élèvent au plus haut niveau, pour demander un « plus d’Europe ». La crise ne peut trouver de solutions crédibles au niveau national, personne ne peut nier cet état de fait. La réponse doit par nature être à l'échelle des problèmes qui dépassent largement les frontières des États membres: seule la coopération au niveau Européen peut porter l'espoir d'une amélioration durable. Toute sortie de crise requerra des investissements conséquents capables de soutenir la croissance, d'assurer le redéploiement des forces vives de l'Union, de faire face à la concurrence internationale. Il est ainsi nécessaire de favoriser l'émergence d'un modèle alternatif capable de répondre aux aspirations des citoyens.

C'est un budget plus autonome, libéré des intérêts particuliers, servant une telle stratégie positive, de non repli sur les pré carrés nationaux et à la hauteur des défis globaux partagés par l'ensemble des États Membres que nous appelons de nos vœux, en tant que citoyens européens et serviteurs de l’intérêt commun au sein des Institutions.

Du côté des ressources, nombreuses sont les possibilités de concevoir de nouveaux mécanismes de rentrée de ressources propres dont certains, comme la taxation des transactions financières pour ne citer que la plus connue, sont depuis longtemps sur la table du Conseil. L'indépendance et l'automaticité des ressources permettraient un gain substantiel de temps et d'énergie politique et administrative qui pourrait avantageusement être investie dans des tâches plus productives.

Plus généralement, cette situation accroît le risque d'une détérioration de la crédibilité des institutions aux plans économique et politique. Elle nuit à l'image déjà très négative des Institutions européennes et apporte par là même un vent fort dans les voiles des eurosceptiques.

OSER UN DÉBAT NOVATEUR SUR LES RECETTES ET LA FISCALITÉ

Au-delà des économies qui doivent être faites pour garantir un niveau élevé d'efficience, il devient impératif de débattre des possibilités d'accroître les recettes en promouvant au niveau de l'Union une politique fiscale assurant une réelle équité des acteurs économique devant la loi. En effet, les différents régimes fiscaux actuels permettent en toute légalité aux plus grand contributeurs potentiels de soustraire à l'imposition une partie très substantielle de leur valeur ajoutée, via notamment les paradis fiscaux.

Seule une fiscalité moderne, respectueuse du principe fondamental de l'égalité en droit et appliquée de façon homogène, à la même échelle géographique que l'activité économique concernée, peut permettre de dégager les ressources nécessaires à la "sortie de crise" et à la préservation du bien-être des citoyens.

L'Union doit être porteuse d'un débat novateur et audacieux en la matière et ne peut se limiter à une politique de réduction des dépenses qui à terme, outre les dégâts sociaux difficilement remédiables, réduira ses capacités à exister comme un acteur de poids sur la scène internationale.

DÉPASSER LA LOGIQUE DE LA SIMPLE RÉDUCTION BUDGÉTAIRE, PORTEUSE DE RISQUES MAJEURS ET PROMOUVOIR UNE EFFICACITÉ GLOBALE ET À LONG TERME DES INSTITUTIONS, AU PROFIT D'UN PROJET EUROPÉEN AU SERVICE DES CITOYENS.

Pour apporter une réponse immédiate aux difficultés financières de l'Union, la Commission a proposé, répondant à certaines pressions nationales, différentes coupes budgétaires. Si comme exposé ci-dessus, un tel budget ne permettra pas d'atteindre les grandes priorités de l'Union définies dans "Europe 2020" il comporte par ailleurs le risque de réduire sa capacité d'action.

La raison principale de cet effet contreproductif tient au fait que les économies proposées porteront aussi sur le personnel des Institutions de l’U.E., i.e. la Fonction publique européenne. Une telle décision, d'une part, a un impact budgétaire marginal (puisque les coûts de personnel ne représentent que quelques 3% du budget, soit 3% de 1% du PIB) alors que, d'autre part, elle réduit de façon significative les ressources qui assurent le bon fonctionnement de l'Union et lui garantissent la valeur ajoutée attendue.

Afin d’obtenir des gains d’efficacité et d'efficience plus substantiels, d’un tout autre ordre de grandeur et sans risques d’affaiblissement de la capacité d’action, il existe plusieurs pistes. Ces dernières peuvent non seulement apporter des économies chiffrables supérieures mais, plus important encore, peuvent améliorer la gestion des fonds communautaires et ainsi permettre dans la durée une gestion plus productive de l’argent des contribuables européens.

Ainsi, dans le cadre du fonctionnement quotidien des institutions, il conviendrait de prendre des mesures allant dans le sens d’une efficacité globale et à long terme, permettant par ailleurs des économies importantes à court terme. Présentées de façon synthétique, ces mesures consisteraient notamment à:

bullet

rationaliser les procédures de contrôle actuellement complexes, parfois redondantes et invalidantes qui représentent un pourcentage élevé et croissant des ressources. Il est à présent urgent de lutter contre la paralysie montante des services et de libérer des ressources pour servir efficacement les objectifs des différentes politiques.

bullet

repenser la gestion des appels d’offres en exploitant toutes les possibilités offertes par le règlement financier, afin d'éviter les écueils des procédures uniquement orientées par une minimisation du coût au détriment de la qualité des services à court et à long terme. Les pertes d'efficacité peuvent ici se révéler de grande ampleur. En parallèle, il serait utile de garder au sein des services des pôles de compétences techniques capables d’évaluer la pertinence technico-financière des offres et d’encadrer efficacement leur exécution ainsi que la transition entre prestataires successifs. Ceci doit s'inscrire dans la réponse à un besoin plus général, celui de préserver une fonction publique européenne compétente et indépendante. Seule une telle administration des politiques peut garantir le bon fonctionnement des institutions et la défense de l'intérêt européen au-delà des intérêts nationaux de court terme.

bullet

étudier les possibilités de mieux intégrer certains secteurs d’activité (développement multimédia et informatique, gestion de la formation et des ressources humaines, support financier, etc.…) afin d’éviter les duplications de tâches et la mise en œuvre de solutions diverses, parfois divergentes. Ceci pourrait également se faire dans certains cas au niveau interinstitutionnel pour accroître, lorsque ceci n'est pas contraire à l'efficacité, les effets d'échelle. Le cas du SEAE est illustratif de cette problématique. La réintégration de ce service au sein de la Commission permettrait un fonctionnement plus efficace et plus économe.

bullet

promouvoir une gestion dynamique et innovante des compétences du personnel en évitant les rotations systématiques par principe pour éviter la perte d'expertise. Une telle politique de préservation et d'accumulation de connaissances pointues constitue un levier puissant pour la mise en œuvre efficace des politiques de l'Union. Elle peut, par ailleurs, permettre une réduction de la dépendance de l'Institution par rapport à certains acteurs extérieurs (par nature non exempt de conflits d'intérêts), tout en permettant des économies budgétaires significatives.

bullet

assurer un meilleur recours aux outils prévus par le règlement financier afin notamment de permettre une réduction du "taux d’erreur" de l’exécution du budget, constaté principalement dans le cadre de la gestion partagée avec les États membres.

Les gains financiers susceptibles d’être concrétisés par ce type d'orientations, ainsi que par d'autres mesures adoptées dans un même esprit, se chiffrent en centaines de millions et probablement même en milliards. Au-delà des économies chiffrées, de telles mesures auront pour principal atout de donner à l'Institution une plus grande capacité à mettre en œuvre le Traité et ses politiques, d'exploiter pleinement la richesse de son droit d'initiative et, plus globalement, de contribuer plus efficacement aux objectifs fondamentaux de l'Union.

En conséquence, nous vous serions reconnaissants de prendre des mesures permettant:

bullet

de promouvoir activement l'adoption d'un budget ambitieux, plus autonome et à la hauteur des défis globaux auxquels sont confrontés l'ensemble des États membres, et ne pouvant trouver de solution efficace qu'au niveau européen.

bullet

de ne pas se limiter à la réduction des dépenses et d'amorcer la réflexion sur les moyens d'accroître les recettes par la mise en place d'une politique fiscale européenne innovante et respectueuse du principe d'égalité en droit.

bullet

de prévenir tout risque de voir la Commission se trouver en porte à faux par rapport à certaines obligations découlant des Traités, des procédures législatives et budgétaires ainsi que des procédures interinstitutionnelles consacrées dans les Accords entre Institutions.

bullet

à la Commission en particulier, de conserver la maîtrise des modalités d'exécution du cadre budgétaire, et notamment de sa rubrique 5, afin de ne pas compromettre la capacité à atteindre les priorités définies dans Europe 2020.

bullet

d’envisager la mise en place d’un espace de discussion et de travail permettant d’établir, avec l’aide du personnel des Institutions, les plans d’action concrets devant conduire à une meilleure utilisation des deniers publics, en vue d’apporter des réponses durables adaptées aux défis sociaux et économiques actuels.

EU Staff for Europe

[Top]   


Problems regarding this web site ? webmaster@u4unity.eu       Last modified: 16 February 2016.
      Search       Sitemap

Contact us - Receive our press - Join us - Articles of association - Archives - Facebook